Le Journal 

de Julia 

 

 

L’acné cet intermittent du spectacle de ma vie 

 

L’acné m’a permis de me découvrir de me révéler, de me dépasser.

Il m’a d’abord défigurer du jour au lendemain, j’aurais voulu arracher mon visage, je restais des heures plaqué au miroir essayant d’extraire tous ses parasites de mon visage

J’avais l’impression d’avoir perdue toute ma valeur, mon amour propre et que mon copain allait me quitter, qu'il ne me regarderait plus.

Ça a commencé à 19 ans puis il a fait partie de ma vie par intermittence  et fini par être un compagnon à plein temps.

L’acné c’est comme un acteur qui jouerait votre " vous obscure", il se colle comme ça à votre visage comme un masque qui détruit d’un coup toute estime et confiance en soi face aux autres, 

C’est un acteur que vous avez engagé pour vous montrer tout ce que vous essayer de cacher.

Mais tout cela je n’en n’avais pas conscience encore à 19 ans.

C’est au même moment où j’ai commencé à voir un ostéopathe pour remettre ma hanche qui se déplaçait tout le temps, mes cervicales aussi et puis des douleurs au milieu du thorax qui me coupait la respiration.

C’est aussi à ce moment là que j’ai découvert la kinésiologie grâce à la meilleure amie de ma mère j’ai rencontré une femme extraordinaire qui m’ouvrit les portes d’un monde que j’avais l’impression de déjà connaître et qu’en même temps je rêvais de découvrir.

J'étais déterminée à trouver la solution qui allait régler ce problème de peau qui me défigurait, qui me faisait me sentir sale, moche et indésirable.

En parallèle je consultais plusieurs dermatologues qui me donnaient le traitement roi ( ROA cutane ) celui qui te donnait une peau de bébé en espace de 2 mois et que tu devais continuer pendant 4 mois de plus pour être sur que ton corps absorbe bien la dose prescrite. Il faut que ton corps absorbe une certaine dose par rapport à ton poids pour que le traitement agisse.

Ce médicament est un vrai protocole à suivre, avec  une prise de sang tous les mois, une pilule contraceptive et avec son lot d’effets secondaire de merde sans compter ceux qu’on oublie bien évidement de te dire !

Colère, crise d'angoisse, dépression, crevasse aux lèvres, muqueuse désséchée, une envie de mourir qui pointe ton crâne tel un révolver tous les soirs. On oublie aussi de te dire que le médicament modifie toutes tes hormones, et dénonce ton foie, bref un super médicament qui en même temps te fait une peau parfaite, t’épaissi les cheveux, t’as l’impression de sortir de chez le coiffeur tous les matins en te réveillant, et le blanc de tes yeux sont plus blanc que jamais. 

Bref un super médicament ! 

En parallèle je continuais l’ostéopathie une fois par mois pour réussir à me délivrer de ses douleurs aux hanches, mais on se rendie vite compte de la corrélation entre ma hanche qui se déboitait et ma peau, étrangement lorsque je réglais mon problème de hanche j'avais plus de problème de peau et lorsque ma peau s'améliorait j'avais des douleurs dans la hanche gauche beaucoup plus forte.

La kinésiologie m'a très vite passionnée, comprendre comment la mémoire du corps fonctionnait pouvoir reprogrammer mon coprs avec des nouvelles croyances et apprende comment l'énergie de mon coprs pouvait fonctionner me fascinait, je découvrais des tas de choses sur moi mais ça ne réglait toujours pas mes problèmes de peau.

 Je terminais les traitements du ROA suivi à la lettre avec le suivi strict  de ma dermatologue mais après avoir disparu quelques mois ou année il revenait.

Alors je continuais de chercher, et d'essayer de comprendre d’où cela pouvait provenir. 

Je suis partie au Mexique, après avoir lu la Danse de la réalité de Jodorowsky, un livre qui donna un réel tournant à ma vie, un livre plein de sagesse et  de magie qui me plongea dans ce monde de la psychomagie. Je décidais donc de partir un mois au Mexique pour rencontrer les chamans et guérisseurs afin de trouver une solution, je voulais me nettoyer, me purifier trouver les réponses et surtout guérir.  J’avais compris que cela venait de l’intérieur, mon corps fabriquait cet acné, et plus j’avançais plus je me découvrais,  je dépassais mes limites que ce soit dans mes voyages, ou dans les personnes que je rencontrais, ou tout simplement les expériences que je vivais; sans m’en rendre compte, je renforçais ma confiance, j’enrichissais mes connaissances et je me donnais les moyens de faire ce que j’avais envie de faire sans me poser la question de si je devais le faire ou pas, j'allais à la rencontre de moi -même.

J’étais déterminé à trouver la réponse à cette maladie qui commençait à être un vrai fléau.

Je n’allumais plus la lumière de la salle de bain de peur de voir mon visage, je baissais toujours la tête car j’avais peur qu’on me regarde, je devais poser la question 1000 fois lorsque je sortais avec mes copines, si j’étais bien, si ça se voyait pas ou si j’étais jolie.

Ça allait complètement à l'inverse de mon tempéremment. Avoir peur que l'on me regarde était complètement à l'oppposée de la petite fille et de la jeune fille que j'étais, moi qui adorait improviser des spectables, me déguiser, faire des chorégraphie de danses avec mes copines, prendre le micro dans les mariages. Le fait de ne pas trouver de solution me rendait profondément triste et en colère .

Alors je craquais régulièrement, j’abandonnais toute cette recherche ( des huiles essentiels à la lithotérapie, aux spécialistes, à la fabrication de mes propres crèmes, à tous les remèdes de grand mère...) en me disant que j’en avais marre de chercher la réponse et je redemandais à la dermatho de refaire un traitement magique, douloureux mais magique, jusqu’à la 4 ème fois où je me suis sentie très mal moralement, bizarrement ma peau devenait plus belle mais intérieurement je me sentais au plus mal.

Je fis tous les traitements possibles, examens aux allergies alimentaires, énergetisseurs, lavement au bicarbonate, traitement antibiotique, traitement en phytothérapie, aux huiles essentiels 

Bref cela s’améliorait, puis cela revenait…

En rentrant de Los Angeles après y avoir passé un mois et demi pour un stage intensif d’anglais je décidais de reprendre  des cours dans une école de théâtre, je commençais par les cours du soir, puis j'ai continué deux ans en tant qu'élève en cycle long.

Et j'ai commencé à prendre conscience d'énormément de choses.

Ce qui est intéressant c’est que le message principal que me délivrait l'acné était

AIME TOI ! AIME TOI PLUS QUE LES AUTRES PEUVENT T’AIMER , car plus tu te  cache plus j’apparais.

Moi comme la société, on essayait de l’éliminer,  de l'éradiquer, de le détruire, d’être contre cet acné qui vraisemblablement voulait me transmettre un message, j'essayais  de le camoufler, de le cacher, d'être anti, mais il revenait encore plus fort.

Jusqu’à ce que je rencontre une multitude de personnes sur le chemin du théâtre. Mes professeurs ont joué un rôle immense, mes prof de chant, les thérapeutes extraordinaires qui m’on aidé à regarder en face cette intermittence avec moi-même, afin que j’assume pleinement qui j’étais, d’où je venais et de voir le cadeau dans toute ce que j’avais vécu.

Parallèlement à cette intermittence avec mon acné, je continuais malgré tout de me réaliser et d’aller vers ce que j’aimais, la musique, la couleur, la peinture, la création, l’illustration, le djing, le chant, la scénographie,le jeu, je ne me mettais pas de limites dans les expériences et les outils que j’avais envie d’apprendre en terme de création, le mouvement a toujours été la vie pour moi, j’avais ce feu en moi qui me poussait à me réaliser.

 

L’acné comme toute maladie si on sait bien l’écouter ( maladie = mal à dire ) nous apprend beaucoup de chose sur nous même ( mê me = M’aime = m’aimer moi ), elle nous apprends la route du courage, de la force, de la détermination, mais surtout et toujours la voie de l’amour celle d’apprendre à s’aimer . La maladie nous apprends à voir le cadeau qu’il ya derrière, elle nous apprends à accueillir plus tot que de lutter ou détruire , elle nous apprend la patience mais aussi à quel point les gens qu’on aime sont important. Elle nous apprend à nous dépasser et à partager plus qu’a tout garder pour nous.

ELLE NOUS APPREND &  À TRANSFORMER

 

Alors même si de plus en plus de femmes et d’hommes en parlent, même si l’on montre de plus en plus ce que la société nous a appris à cacher, je crois que  l’acné  reste une maladie d’image, une maladie d'un manque d’amour de soi.

 

Grâce à l’acné j’ai fais tout ce travail sur moi-même,( pour certain c’est le poids, c’est des maladies auto immune, ou chronique, un handicap…) et il m’a permis de créer, de sublimer et d’expérimenter tout ce que j’ai voulu vivre dans ma vie, et cette expérience n’a pas de prix, elle est d’une richesse incroyable, et je ne pouvais garder tout ça pour moi, je me devais de le partager avec vous, car cela m'a permis de créer toute la magie de ma marque, d'apprendre le tarot et la symbolique des couleurs car je les utlisais pour m'aider à guérir. Elle m'a permis de découvrir que j'avais un besoin fou de voyager et découvrir des payasages incroybales, mais aussi et surtout ma mission celle d’aider, d’inspirer et faire rêver, celle de guide et transmettre le message qu'il n'y a pas de limite à qui l'on souhaite devenir, il n'y a pas de limites à qui l'on souhaite rencontrer, que nous sommes les seules à nous mettre nos propres limites.

 

Mais il n’y a pas longtemps de ça alors que j’ai créer ma veste pour inspirer les femmes à être fière et à révéler leur beauté telle qu’elles sont, une hypnothérapeute à acheter ma veste sur le site, celle qui représente l’art de la communication.

 

J’aime connaitre mes clientes savoir qui elles sont découvrir ce qu’elles aiment ,c comprendre ce qu’elles ont aimé dans la veste. Alors j’ai découvert Camille Griselin sur Instagram, elle m’a tout de suite fait pensé à une bonne fée, comme dans Cendrillon.

 

Et Camille nous explique qu’il n’est pas nécessaire de vivre du négatif pour vivre la vie qu’on souhaite, qu’on est pas obligé de passer par des expériences désagréables pour atteindre ce que l’on désire.

Je dis ça car aujourd’hui l’acné ( qui ‘est ni plus ni moins le reflet de mon système de croyance ) m’a fait croire que je devais vivre l’enfer pour atteindre l’agréable ou être légitime pour vivre ma vie de rêve 

Hors c’est faux ! J’ai le droit de vivre une vie extraordinaire sans passer par un malheur ou considérer cela comme quelque chose de négatif. Souvent on est attaché à son problème car il nous donne la sensation de nous apporter plus de gains que de pertes. Jusqu’à ce que le processus s’inverse.

Voilà une partie de ce qui m’a donné envie d’aider les femmes à s’aimer, à se valoriser , à se trouver et se sentir  belles , ce qui m’a donne envie de les aider à se révéler, et à révéler et partager avec le monde leur meilleure version d’elle même ! 

Suivrez-nous

Screen Shot 2020-01-23 at 15.44.45.png

Eli Grita 2020 © Tous droits reservés